Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 00:00

Fait de société : Ne pas oublier

Signons pour la reconnaissance du genocide tziganes

 

"L'association " STOP A LA DISCRIMINATION CONTRE LES VOYAGEURS" engage cette pétition afin que la france reconnaissance le génocide a part entiere de notre peuple pendant la seconde guerre mondiale.

A savoir que l'Implication de la France date  de la fin XIX siècle :

 

À partir de la fin du XIXe siècle, un ensemble de facteurs d’ordre socio-économique, politique, idéologique concourent à assimiler les Tsiganes à des étrangers et des « asociaux indésirables ».

La présente contribution tente d’examiner comment, sous la Présidence de la République d’Armand Fallières(9eme President de la Republique Française du 18 Fevrier 1906 au 18 Fevrier 1913), la mobilité tsigane a fait l’objet d’un traitement administratif hostile.

L’attitude des pouvoirs publics à l’égard des « nomades » français et étrangers s’est déployée en effet autour d’un dispositif législatif et policier que l’on peut résumer ainsi :

surveillance, identification, contrôle. Après le recensement général de 1895 de tous les « nomades, bohémiens et vagabonds », suivi du fichage des « nomades » par les Brigades régionales de police mobile créées en 1907 à l’initiative de Clemenceau, un projet de loi du gouvernement daté du 25 novembre 1908 voit le jour, « relatif à la réglementation de la circulation des nomades ».

Le projet, conjugué avec les mesures émises plus tard à la Chambre et au Sénat par les commissions du vagabondage et de la mendicité, donnera lieu à la loi du 16 juillet 1912 sur le port du carnet anthropométrique d’identité.

Cette loi discriminatoire et disciplinaire, qui allait durer près de soixante ans, sans susciter aucune critique au sein du discours juridique dominant, constitue l’étape majeure dans le processus de contrôle et d’identification utilisé par la République envers les Tsiganes.

 

L’assignation à résidence des nomades en temps de guerre:

 

Les Tsiganes furent avec les communistes et les étrangers les premières

victimes de la déclaration de guerre.

 

Le 13 juin 1938 :

 

En France a commencer la première vague d'Internement dans les Camps .

Les enfants Tsiganes sont alors chassés des ecoles .

 

27 Juillet 1939 :

 

Arrestation de nombreux tsiganes en France et Condamnation de tous les Tsiganes à l'Extermination en Camps .

 

De 1939 a 1945 :

 

Internements de tsiganes Français dans les Camps Français, tels que Saliers, Montreuil -Bellay et beaucoup d'autres ! avec un total de plus de 40 camps d'internements en france

A savoir et qui est tres important , que ces arrestations etaient toutes effectuées par les representant de lois Français (gendarmerie ) et appuyer par le President Français et ministres .

 

 

Hors trois questions sont toujours restés en suspens sans jamais aucunes reponses :

 

- Pourquoi seule une minorité de Tsiganes vivant en France et etant Français fut victime des persécutions nazies pendant l'occupation ?

 

- Quel etait la position de la France et de son President a ce moment là ?

 

- Pourquoi les derniers Tsiganes ne furent libérés des Camps Français que Deux ans apres la libération du Territoire Français ?

 

Trente mille Tsiganes français ont été internés dans des camps en France., sachant que pendant la guerre au total , sont morts 700.000 Tsiganes !

 

La Population Tsiganes  à vécu l’enfer, d'’octobre 1938 avec les premières déportations de Tziganes jusqu'en 1946 (deux apres la liberation du territoire Français ) !

 

Il serait juste que l'Etat Français reconnaisse son Implication et sa Responsabilité , car ce n'est pas un due , mais un devoir de rendre justice et Hommage a toute la population Tsiganes Française ."

Juan de Juana chaos, auteur de cette pétition

 

Pour participer à cette pétition, la signer,  il suffit de cliquer sur le liens suivant :

http://www.petitions24.net/reconnaissance_du_genocide_tziganes

Partager cet article

Repost 0

commentaires