Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 00:00

La chanson du dimanche : Le Québec à l’honneur

 

Beau Dommage

 

Beau Dommage est un groupe de musique québécois, composé de Pierre Bertrand, Marie Michèle Desrosiers, Réal Desrosiers, Michel Hinton, Pierre Huet, Robert Léger et Michel Rivard. Formé en 1974, il se dissout en 1978. Il se reforme épisodiquement en 1984, 1992 et 1994.

 

Leur plus grand succès est La complainte du phoque en Alaska sorti en 1974 et repris, entre autres, par le groupe français Chanson Plus Bifluorée et par Félix Leclerc.

 

 

Histoire du groupe

Les origines de Beau Dommage remontent à la coopérative théâtrale La Quenouille Bleue, une organisation à caractère loufoque dont les thèmes principaux étaient liés à l'humour, à la musique et à l'abstrait et dont les performances étaient présentées à l'Université du Québec à Montréal. C'est dans cette coopérative que des artistes québécois tels que Serge Thériault et Gabriel Arcand ont pu faire connaître leur talent.

 

Michel Rivard, Robert Léger, Michel Hinton et Pierre Huet font également partie de cette troupe, et même lorsque leur association avec celle-ci prend fin, ils ne perdent pas contact et sortent leur plume afin d'écrire quelques chansons. C'est cette coopération et ces rencontres hebdomadaires qui entraîneront une révolution dans le paysage musical québécois avec la naissance du groupe Beau Dommage.

 

Deux membres se joignent au groupe par la suite, Pierre Bertrand et Marie Michèle Desrosiers, une élève de l'École nationale de théâtre. Le poste de batteur est finalement comblé par Réal Desrosiers. Le groupe signe alors une entente avec la compagnie Capitol Records pour la mise en marché d’un album. En 1973, Beau Dommage est lancé pour de bon.

 

En 1974, la sortie de Beau Dommage connaît un immense succès au Québec et des centaines de milliers de copies sont vendues: le disque est trois fois platine. Les chansons Le picbois, Tous les palmiers, À toutes les fois et La Complainte du phoque en Alaska sont appréciées du public, et plusieurs titres peuvent encore être entendus aujourd'hui. Ce premier album met de l'avant des valeurs écologiques, rustiques et historiques et permet à chaque québécois d'y reconnaître son univers. Le groupe est acclamé en France. La troupe se distingue des autres groupes de l'époque au point de vue instrumental, par exemple avec la guitare sèche de Michel Rivard dans Le Picbois.

 

En 1975, Où est passée la noce?, deuxième album du groupe québécois, fait son apparition chez les marchands de disques. On y retrouve entre autres Le blues de la métropole, chanson culte reflétant la mentalité des jeunes québécois des années 70.

 

 

 Le succès

Le 24 juin 1976 à Montréal, alors même que le groupe lance son troisième album (Un autre jour arrive en ville), une Saint-Jean-Baptiste historique rassemble sur le mont Royal 300 000 québécois. Beau Dommage y fait équipe avec Harmonium, Octobre et Contractions pour offrir une prestation haute en couleur qui marque l'histoire de la musique québécoise et contribue au phénomène de la politisation des jeunes vis-à-vis du mouvement souverainiste québecois.

 

Quelques semaines après les événements de la Fête Nationale, Beau Dommage écrit la musique du film Le Soleil se lève en retard de Michel Tremblay et André Brassard.

 

Leur talent et leur immense popularité permettent alors au groupe de préparer une tournée en France qu'ils réalisent en 1977 avec Julien Clerc. Ils y font la promotion de leur quatrième album, Passagers.

 

 

 Dissolution et renaissance

Le conflit suit cependant le succès et des différends entre Michel Rivard et Pierre Bertrand ainsi que leur volonté de percer individuellement cause une première dissolution en 1978. Marie-Michèle Desrosiers, Michel Rivard et Pierre Bertrand entament alors une carrière solo.

 

Pour remercier leurs fans, Beau Dommage tient deux spectacles à Montréal et à Québec en 1984, année du dixième anniversaire du groupe. Il réunit pour l'occasion un coffret d'éditions spéciales contenant les quatre premiers albums.

 

En 1992, les six membres donnent un spectacle historique au vieux Forum de Montréal dans le cadre des FrancoFolies, festival annuel de la chanson française. Ils en font un album «live».

 

À la grande surprise de tous et avec un succès soutenu, même en période d'inactivité, les membres de Beau Dommage se regroupent à nouveau en 1994 et lancent un album composé de chansons inédites, reformulées et rehaussées tout en conservant le style des albums antérieurs. La chanson Échappée Belle fait la tournée des stations radiophoniques du Québec mais l'album n'atteint pas les niveaux de vente souhaités. Le groupe décide tout de même de faire une tournée et sortent un nouveau disque-double live intitulé Rideau et qui comprend leur nouveau concert au Forum ainsi qu'un autre à la Place des Arts de Montréal qui a eu lieu pendant les FrancoFolies de 1995.

 

Beau Dommage ne produit désormais plus de nouveau matériel, il leur arrive cependant de présenter des concerts en groupe ou en solo lors d'occasions spéciales. Ils ont fait une apparition entre autre le 28 juillet 2005 alors que toute une soirée des FrancoFolies leur était dédiée. Une dizaine d'artistes dont Vincent Vallières, Mara Tremblay, Paul Piché, Mes Aïeux, Florent Vollant, Susie Arioli et plusieurs autres y ont interprété les succès de Beau Dommage avant que le groupe lui-même prenne la scène d'assaut sous un tonnerre d’applaudissements.

 

À l'occasion du 30e anniversaire de la sortie de Beau Dommage, les Disques Capitol ont réédité l'album, avec un mot de Pierre Huet en présentation. On reproche majoritairement à cette réédition de n'offrir rien de plus qu'une simple remasterisation des pistes, sans véritable bonus.

 

En 2005, une dizaine d'artistes québécois ont repris à leur manière les chansons de l'album Beau Dommage, pour l'album Beau D'Hommage. Celui-ci inclut une reprise de chacune des 11 chansons originales, à l'exception de La complainte du phoque en Alaska, reprise par les soeurs Anna et Kate McGarrigle, ainsi que par Félix Leclerc en 1974. On y trouve aussi la reprise par Daniel Boucher d'une chanson provenant de leur second album, Où est passée la noce?, Un incident à Bois-des-Filion.

 

Le 8 février 2009, Beau Dommage prend une fois de plus la scène d'attaque lors du gala d'ouverture de Star Académie 2009 sur le réseau de télévision Québecoise, TVA. Ils offrent un medley de leurs plus grands succès, accompagné des 20 candidats et candidates de cette nouvelle édition. Comme à de très rares occasions, tous les membres du groupe sont présents sur scène. Un coffret souvenir incluant leurs cinq albums ainsi que 2 dvd y est alors présenté afin de commémorer le 35ième anniversaire de leur formation.

 

 Discographie

1974 : Beau Dommage

1975 : Où est passée la noce?

1977 : Un autre jour arrive en ville

1977 : Passagers

1984 : Beau dommage au forum de Montréal

1985 : Beau dommage au forum de Montréal, vol. 2

1987 : Leurs plus grands succès en spectacle

1987 : Plus de 60 minutes avec Beau Dommage

1991 : Beau Dommage - Préférences

1992 : Beau Dommage au forum

1994 : La Nouvelle Saison

1995 : Rideau

1999 : Anthologie

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 00:00

La chanson du dimanche

 

 

Yusuf Islam Alias Cat Stevens : le talent pur

 

Cat Steven s’appelle en réalité Steven Demetre Georgious, Il est né le 21 juillet 1948 à Londres en Angleterre of course. Cat Stevens entre 1966 et 1978, est un chanteur, auteur et compositeur britannique.

Il se convertit à l'islam en 1978, moment où il prit son nom actuel. Il vit aujourd'hui à Londres et participe à des opérations caritatives musulmanes.

 

Genre :          Folk rock pop

Instrument : voix, guitare, guitare basse, mandoline électrique, bouzouki, claviers, clavecin, polymoog, flûte irlandaise, percussions

 

 

Brassage des cultures

Steven Demetre Georgiou' est né le 21 juillet 1948 à Londres d'un père grec chypriote et d'une mère suédoise. Il fait ses études dans une école catholique dont il gardera une forte religiosité. Son père, Stavros et sa mère, Ingrid, dirigent un restaurant et toute la famille vit au-dessus. Steven a un frère et une sœur plus âgés que lui, David et Anita. Sous l'influence de ses parents, il pratique très tôt la musique, tout d'abord au piano puis à la guitare. À 16 ans, il joue le soir dans les bars où il se fera connaître et à 17 ans il entre dans une école d'art.

 

A 18 ans, il se présente chez le producteur Mike Hurst qui lui demande de lui montrer ses compositions. Tout de suite conquis, le producteur lui demande son nom[réf. nécessaire], il répond « My name is Steven but they call me Cat » (ce surnom lui aurait été donné par une fille parce qu'il avait des yeux de chat[réf. nécessaire]), c'est désormais sous le nom de Cat Stevens qu'il sera connu.

 

Dès 1966 il publie un grand nombre de chansons. Il connaît rapidement le succès et la célébrité avec son premier titre I love my dog. Après une période de maladie - il avait contracté la tuberculose - il sort son premier album Matthew and Son en 1967 qui sera suivi par une dizaine d'autres.

 

C'est accompagné simplement d'une guitare ou d'un piano qu'il interprète ces balades folk qui lui apporteront une renommée mondiale et feront de lui un des chanteurs clef de son époque.




De 1967 à 1977, le point culminant de cette carrière étant l'année 1970, il multipliera les succès (40 millions de disques). Son œuvre sur cette période reste très appréciée et compte plusieurs hits tels que The First Cut Is The Deepest, Father and Son, Wild World et Lady d'Arbanville, ces deux dernières en hommage à l'actrice Patti d'Arbanville[1], sa petite amie du moment. C'est devenu le succès planétaire que l'on sait. Patti d'Arbanville, égérie warholienne, est actrice à 17 ans dans le film Flesh de Paul Morrissey, en 1968. En 1971, il compose l'intégralité de la bande originale du classique Harold et Maude de Hal Ashby qui compte des morceaux fameux tels que Don't be Shy, Trouble ou encore If you want to sing out.

 

 

En 2004 il fut au centre d'une autre controverse lorsque, sur le vol 919 de United Airlines de Londres à Washington, les services de sécurité américains firent atterrir dans l'urgence son avion car le système informatique (Computer Assisted Passenger Prescreening System) a marqué son nom comme enregistré sur "No Fly List". Les autorités américaines l'accusent d'avoir financé le Hamas mais ne fournissent aucune preuve qui justifie cette allégation . Il est alors interdit d'entrée sur le territoire des États-Unis . À sa descente d'avion, le FBI le place alors en détention puis le renvoie au Royaume-Uni quelques jours plus tard. Cela pousse l'ex-ministre des affaires étrangères Jack Straw à se plaindre auprès de son homologue Colin Powell, secrétaire d'état américain à l'époque, aux Nations unies. Selon Yusuf Islam, l'homme qui figure sur la liste se nommait Youssef Islam et il indique que Yusuf Islam (lui-même) n'était pas l'homme cherché. En décembre 2006, soit deux ans plus tard, il a été admis sans incident aux États-Unis, où il s'est rendu pour faire la promotion de son nouvel enregistrement.

Le chanteur et le foi

 Après avoir survécu miraculeusement à un accident le 23 décembre 1977, Cat Stevens renonce à sa vie d'artiste folk pour se convertir peu à peu à la religion musulmane sous le nom de Yusuf Islam.

 

C'est sous ce nom qu'il vit aujourd'hui au Royaume-Uni avec sa femme, ses filles et son garçon. Il participe à des mouvements islamiques (il a fondé une association d'aide aux musulmans) et continue à chanter principalement des chansons religieuses (anasheed), ainsi que pour des opérations caritatives (telles que pour le tsunami de 2004). Sa conversion l'a amené à se questionner sur la compatibilité entre la musique folk/pop et la pratique rigoureuse de l'islam; c'est pourquoi il a arrêté pendant des années de chanter des chansons autres que religieuses. Ce n'est qu'en 2006 qu'il décide de sortir un nouvel album pop, An Other Cup.

 

Sa conversion à l'islam a aussi été source de polémique.

En 1989, lorsqu'il lui fut demandé ce qu'il pensait de la fatwa prononcée à l'encontre de Salman Rushdie, il déclara être lui-même opposé aux écrits de l'écrivain et ne montrer aucune opposition à la fatwa. La controverse soulevée par cette déclaration le poussa à préciser dans un communiqué qu'il n'encourageait pas personnellement l'application de la fatwa (appelant à l'assassinat de Salman Rushdie).

Deux versions sur cette polémique : ses propos, tenus devant des étudiants, auraient été mal interprétés et déformés. Il est vrai que Cat Stevens/Yusuf Islam fut, est et restera probablement un homme de paix, répétant à propos du 11 Septembre 2001 et de ses évènements que le Hadith assimile le meurtre d'une personne innocente au meurtre de l'humanité entière.

.


Après sa conversion à l'Islam, il abandonne sa vie de pop star. Il revient au chant en 1985 pour participer au Live Aid à vocation humanitaire. Environ trois décennies après qu'il a abandonné la vie d'artiste (voir infra), il enregistre en 2006 un nouvel album qui vise à favoriser la compréhension de l'islam par le monde occidental.

Discographie

 

Singles:

 

    * 1967 - Matthew and Son / I love my Dog A bad Night / The laughing Appleta mere

    * 1967 - I'm gonna Get Me A Gun

    * 1967 - A Bad Night

    * 1967 - Kitty cokin

    * 1968 - Lovely City (When Do You Laugh?)

    * 1968 - Here comes my Wife / It’s a Super (dupa) Life / I’m gonna get me a Gun / School is out

    * 1969 - Where are you / The View from the Top / Lady D’Arbanville / Time-Fill my Eyes

    * 1970 - Lady D’Arbanville / Time-Fill my Eyes Rubylove / Longer Boats

    * 1971 - Wild World / Sad Lisa Sad Lisa / Wild World

    * 1971 - Moonshadow / Father and Son / Tuesday’s Dead / Miles from Nowhere

    * 1971 - Tuesday's Dead

    * 1971 - Peace Train / Where do the Children… Morning has Broken / Glad I’m Alive

    * 1971 - Morning Has Broken

    * 1972 - Can't Keep It In

    * 1972 - Sitting / Crab Dance Can’t keep it in / Crab Dance

    * 1973 - The Hurt / Silent Sunlight Oh very young / 100 I Dream

    * 1974 - Oh Very Young / 100 I Dream

    * 1974 - Another Saturday Night

    * 1974 - Ready

    * 1975 - Two Fine People / A Bad Penny

    * 1976 - Banapple Gas / Ghost Town Banapple Gas / Ghost Town

    * 1976 - Land O' Freelove And Goodbye

    * 1977 - (Remember The Days Of The) Old Schoolyard

    * 1977 - Was Dog A Doughnut

    * 1979 - Bad Brakes

    * 1979 - Last Love Song

    * 1979 - Randy’

    * To be a Star / How can I tell you ? / Child for a Day / Kypros bzw. The Doves New York Times / Nascimento

    * Rubylove / Longer Boats

 

Albums en tant que Yusuf Islam:

 

    * The Life Of The Last Prophet, 1995

    * Welcome To The Qur'an: Gateway To Faith, 1996

    * Prayers Of The Last Prophet, 1998

    * I Have No Cannons That Roar, 1998

    * A Is For Allah, 2000

    * Bismillah, 2001

    * I Look, I See, 2004

    * An Other Cup, 2006

Partager cet article
Repost0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 00:00

La chanson du dimanche

 

Joan Baez : une femme engagée

 

Joan Baez est née  le 9 janvier 1941 à Staten Island, New York aux Etats-Unis. Elle est issue d'une famille d'origines mexicaine, anglaise et écossaise.

 

Elle est Auteur-compositeur-interprète et Musicienne

Genres musicaux :

Rock 'n' roll

Musique folk

Roots rock

Gospel

Pop

Musique country

Musique acoustique

Instrument(s)            Chant, guitare, piano, ukulélé, djembé

 

Joan Baez est la voix des années 1960. Cette soprano, souvent surnommée « la reine du folk », « la madone des pauvres gens », impose Bob Dylan et ses chansons au public américain ainsi qu'au monde entier. Son titre le plus connu en France est Here's to You, sorti en 1971.

 

En alliant son engagement à la vision de Dylan, les ballades anglo-irlandaises adaptées en folk américain au gospel, et ses propres racines à celles des cultures du monde, Joan Baez est devenue un mythe.

 

Soucieuse de son rôle d'artiste engagée à délivrer un message de paix et de liberté, contre la guerre et l'injustice, elle multiplie les apparitions tout autour du monde, du festival de Woodstock à la fête de l'Humanité. Un grand concert le 24 décembre 1980 (veillée de Noël) sur le parvis de Notre-Dame de Paris (25 000 spectateurs), avec pour final Blowin' in the Wind repris par les orgues et les cloches de la cathédrale, a été dédié aux enfants du monde, concert gratuit dont les droits de retransmission et les films sont allés à trois organismes différents dont l'un est Humanitas (et un mémorable concert place de la Concorde à Paris en juillet 1983), des marches pour les droits civiques sur Washington aux manifestations antiségrégationnistes de l'Alabama, sous les bravos du festival de Newport comme sous les bombes de Hanoï.

 

Et plus récemment (le 13 décembre 2005) avec les manifestants anti-peine de mort devant la prison où était détenu Stanley Tookie Williams, finalement exécuté. Elle n'abandonne pas le combat, encore ces dernières années, où sa voix unique accompagnée de sa guitare la mène en Europe de l'Est, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud, etc.

Soucieuse de son rôle d'artiste engagée à délivrer un message de paix et de liberté, contre la guerre et l'injustice, elle multiplie les apparitions tout autour du monde, du festival de Woodstock à la fête de l'Humanité. Un grand concert le 24 décembre 1980 (veillée de Noël) sur le parvis de Notre-Dame de Paris (25 000 spectateurs), avec pour final Blowin' in the Wind repris par les orgues et les cloches de la cathédrale, a été dédié aux enfants du monde, concert gratuit dont les droits de retransmission et les films sont allés à trois organismes différents dont l'un est Humanitas (et un mémorable concert place de la Concorde à Paris en juillet 1983), des marches pour les droits civiques sur Washington aux manifestations antiségrégationnistes de l'Alabama, sous les bravos du festival de Newport comme sous les bombes de Hanoï.

 

Et plus récemment (le 13 décembre 2005) avec les manifestants anti-peine de mort devant la prison où était détenu Stanley Tookie Williams, finalement exécuté. Elle n'abandonne pas le combat, encore ces dernières années, où sa voix unique accompagnée de sa guitare la mène en Europe de l'Est, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud, etc.

 

        

 

Quelle famille !

Son père, Albert Baez, est né à Puebla au Mexique du Reverend Alberto Baez qui quitte la foi catholique pour devenir ministre méthodiste et se rendre aux États-Unis. Albert a alors deux ans; il grandit à Brooklyn, où son père prêche. Il pense devenir pasteur, puis se tourne vers l'étude des mathématiques et de la physique. Il est le co-inventeur du microscope à rayon X, et l'auteur d'un manuel de physique couramment utilisé aux États-Unis. Il refuse de travailler au « projet Manhattan » pour construire la bombe atomique à Los Alamos. Cette décision a un effet profond sur la jeune Joan. Il refuse aussi tout travail lucratif dans l'industrie de la défense pendant la guerre froide. La famille de Baez se convertit au Quakerisme pendant l'enfance de Joan.

 

La mère de Joan Baez, Joan Bridge Baez est née à Édimbourg, en Écosse. Elle est la deuxième fille d'un prêtre épiscopalien. Leur rencontre a lieu lors d'une soirée du lycée à Madison, New Jersey. Après leur mariage, ils vivent en Californie.

 

Le père de Joan meurt le 20 mars 2007.

 

Joan a 2 sœurs : une sœur plus âgée, Pauline, et une plus jeune, Mimi Fariña. Pauline se marie avec l'artiste Brice Marden en 1960, et divorce quelques années plus tard. Leur fils est le musicien Nick Marden. Pauline se remarie plus tard et a une fille, Pearl Bryan. Mimi est chanteuse, guitariste, et activiste, fondatrice de l'organisation Bread and Roses. Elle se marie une première fois avec le chanteur et compositeur de chansons Richard Fariña, qui meurt dans un accident de moto peu de temps après avoir édité son seul roman, sur le 21ème anniversaire de Mimi. En 1968, Mimi se remarie avec Milan Melvin au Big Sur Folk Festival; Joan a écrit la chanson "Sweet Sir Galahad" à leur sujet. Mimi meurt en juillet 2001 d'un cancer neuro-endocrinien.

 

Joan a un fils, le percussionniste Gabriel Harris. Elle est grand-mère de Jasmine, fille de Gabriel et de son épouse Pamela.

 

Elle réside dans une maison de Woodside, Californie, où elle vit avec sa mère. Elle occupe son temps à méditer, à écrire, " étant proche de la nature".

 

L'un de ses cousins, Peter Baez, est un propagandiste de l'utilisation de la marijuana médicale. Un autre cousin, John Baez, est, comme son père, spécialiste de physique mathématique.

 

Enfance marquante

En raison du travail d'Albert dans l'éducation et pour l'UNESCO, la famille voyage beaucoup, et vit dans diverses villes à travers les États-Unis, aussi bien qu'à l'étranger, en France, en Suisse, en Italie, et au Moyen-Orient, en particulier en Irak en 1951. Joan, âgée de dix ans, a été profondément influencée par la pauvreté, et le traitement inhumain subi par la population locale à Bagdad. Elle a été témoin de mauvais traitements envers les animaux et les personnes. Elle a vu des enfants sans jambes se traînant dans les rues dégoûtantes en mendiant. Elle a écrit plus tard avoir senti une affinité avec les mendiants dans les rues de Bagdad, et la douleur de ces personnes est devenue une « partie » d'elle.

 

Elle est diplômée de Peninsula School et Palo Alto High School.

 

Discographie

 

En solo

 

    * 1960 : Joan Baez

    * 1961 : Joan Baez, Vol. 2

    * 1962 : Joan Baez in Concert

    * 1963 : Joan Baez in Concert, Part 2

    * 1964 : Joan Baez/5

    * 1965 : Farewell Angelina

    * 1966 : Noël

    * 1967 : Joan

    * 1968 : Baptism: A Journey Through Our Time

    * 1968 : Any Day Now

    * 1969 : David's Album

    * 1970 : One Day at a Time

    * 1971 : Carry It On (Bande originale de film)

    * 1971 : Blessed Are...

    * 1972 : Come from the Shadows

    * 1973 : Where Are You Now, My Son?

    * 1974 : Gracias A la Vida

    * 1975 : Diamonds & Rust

    * 1976 : From Every Stage

    * 1976 : Gulf Winds

    * 1977 : Blowin' Away

    * 1979 : Honest Lullaby

    * 1984 : Live -Europe '83

    * 1987 : Recently

    * 1988 : Diamonds & Rust in the Bullring

    * 1989 : Speaking of Dreams

    * 1992 : Play Me Backwards

    * 1995 : Ring Them Bells

    * 1997 : Gone from Danger

    * 2003 : Dark Chords on a Big Guitar

    * 2005 : Bowery Songs

    * 2007 : Ring Them Bells (réédition d'un double disque) (2007)

    * 2008 : Day After Tomorrow

 

Compilations

 

   1. Folksingers 'Round Harvard Square (1959)

   2. The First 10 Years, Vanguard (Novembre 1970)

   3. The Joan Baez Ballad Book, Vanguard (1972)

   4. Hits: Greatest and Others, Vanguard (1973)

   5. The Contemporary Ballad Book, Vanguard (1974)

   6. The Joan Baez Lovesong Album, Vanguard (1976)

   7. The Joan Baez Country Music Album (1977)

   8. Best of Joan C. Baez, A&M (1977)

   9. Joan Baez: Classics, A&M (1986)

  10. Brothers in Arms, Gold Castle (1991)

  11. No Woman No Cry, Laserlight (February 1992)

  12. Rare, Live & Classic (boxed set), Vanguard (1993)

  13. Greatest Hits, A&M (1996)

  14. Best of Joan Baez: The Millennium Collection, A&M/Universal (1999)

  15. The Complete A&M Recordings, Universal/A&M (2003)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 00:00

La chanson du dimanche : Les zazous

 

Brigitte Fontaine,
un génie, un Ovni

 

Un peu déjantée, un look hasardeux, elle a tout d’une vieille dame indigne : cheveux coupés très ras, parfois retenus en couettes de petite fille, aux tenues colorées, flashies. Bon sang qu’elle est attachante, surtout lorsqu’elle répond à côté aux questions d’une manière aléatoire, dépassant l’entendement des biens pensant.


Brigitte Fontaine (née le 24 juin 1940 à Morlaix) est une chanteuse, auteur-compositeur-interprète, écrivain, comédienne, dramaturge, romancière et poète
Fille d'instituteurs, Brigitte Fontaine développe très tôt son goût pour l'écriture et la comédie. Son enfance, qu'elle déclare globalement heureuse, se déroule dans de petites communes du Finistère, puis à Morlaix. Son bac littéraire en poche (avec 19 en philosophie), elle monte à Paris à 17 ans, pour devenir comédienne. On la verra notamment jouer au Théâtre de la Huchette dans La Cantatrice chauve d'Eugène Ionesco. 

Elle se fait de sacrés amis, le jeune Rufus et le non moins jeune Jacques Higelin. Elle deviendra même tellement amie avec ce dernier qu’ils se considèrent comme frère et sœur depuis maintenant une quarantaine d’années.

 

Brigitte se met à chanter. Elle appelle, comme de juste, l’un de ses premiers albums, « Brigitte Fontaine est folle ». Atteinte dès le départ de démence à tendance ironique, elle décide de ne pas se soigner.

 

Elle rencontre un certain Areski Belkacem qui va lui composer des musiques d’influence orientale pour rehausser ses textes si gratuitement fêlés. Elle continue à s’adonner au théâtre expérimental avec son amie Jacques, écrit, compose, se voit récompensée de prix prestigieux et milite. Elle signe en 1971, par exemple, le manifeste des 343 femmes qui osent avouer, un acte courageux à l’époque, avoir eu recours à l’avortement.

 

Notre reine de la folie douce est très active dans les années 70 et sort de nombreux albums, « Je ne connais pas cet homme », « L’incendie », « Le bonheur », « Vous et Nous », toujours avec Areski, son compagnon.

 

Etienne Daho, que l’on a connu plus sage, l’aide à concevoir un album, « Genre Humain » qui renoue avec le succès. Fontaine utilise le raï et même si elle n’a pas attendu la mode de la World Music pour le faire, la critique, elle, se réveille, oublie de prendre son valium, et tout redémarre.

 

Brigitte s’est fait un look : Visage émacié, regard halluciné, cheveux rasé, robe noire tube, elle a la soixantaine bien tassée et n’a jamais été aussi branchée.

  

Discographie

 

    * Chansons décadentes et fantasmagoriques, LP, Disques Jacques Canetti – 48 815, 1965, (arrangements de Jimmy Walter).

    * Maman, j'ai peur (avec Jacques Higelin), EP, Disques Jacques Canetti – 27 271, 1966 (arrangements de Michel Colombier).

    * Les encerclés (avec Jacques Higelin), EP, Disc’AZ – 1190, puis Saravah – SHB 516X, 1968 (arrangements de Jean-Claude Vannier).

    * Brigitte Fontaine est… folle !, LP, Saravah – SH 10 001, 1968 (arrangements de Jean-Claude Vannier)

    * Le goudron / Les beaux animaux, S, Saravah – SH 40 008, 1969

    * Comme à la radio, LP, Saravah – SH 10006, 1969 (avec l'Art Ensemble of Chicago).

    * Brigitte Fontaine (3) (avec Julie Dassin et Areski Belkacem), LP, Saravah – SH 10034, 1972

    * Je ne connais pas cet homme (avec Areski Belkacem et Antoine Duhamel), LP, Saravah – SH 100 41, 1973

    * Quand tous les ghettos brûleront, ça va faire un hit, S, Byg Records – 129052, 1974 (avec Areski Belkacem, arrangements de Jean-Claude Vannier)

    * L'Incendie (avec Areski Belkacem), LP, Byg Records – 529026, 1974

    * Le Bonheur (avec Areski Belkacem), LP, Saravah – SH 10 059, 1975

    * Vous et nous (avec Areski Belkacem et Antoine Duhamel), LP, Saravah / RCA – RSL 1071, 1977

    * Les églantines sont peut-être formidables avec Areski Belkacem, LP, Saravah / RCA – RSL 1081, 1979

    * L'inconciliabule, S, Saravah / RCA – RSB 499, 1980

    * Les filles d'aujourd'hui, S, Carrère-Celluloïd – CA171, 1984

    * French corazon, LP, Midi inc., 1988

    * Genre humain, CD, Virgin – 724384050023, 1995 (avec la collaboration des Valentins et d'Étienne Daho pour quatre titres)

    * Supermarket, S, (Virgin Visa 3537)

    * Les palaces, CD, Virgin – 724384510626, 1997 (avec la collaboration d'Alain Bashung)

    * Dressing, S, Virgin, 1999

    * Kékéland, CD, Virgin – 724381066119, 2001 (avec la collaboration de Sonic Youth, Jean-Claude Vannier, des Valentins, de -M- et de Noir Désir)

    * Vintage de choix, CDS 3 titres, Virgin SA 6839, 2001 (Incluant 2 versions anglaises: Comme à la radio, J'ai 26 ans)

    * Rue Saint Louis en l'île, CD, Virgin – 72434732362, 2004 (avec la participation de -M-, Mouss et Hakim de Zebda et Gotan Project)

    * Libido, CD, Polydor – 984 322 0, 2006 (avec la participation de -M- et Jean-Claude Vannier)

    * Partir ou rester, S, Polydor, 2007 (en duo avec Olivia Ruiz)

 

Livres

    * Chroniques du bonheur, éditions des femmes, 1975

    * Madelon : Alchimie et prêt-à-porter, récit, éditions Seghers, 1979

    * L'Inconciliabule, éditions Tierce, 1980

    * Paso doble, roman, éditions Flammarion, 1985

    * Nouvelles de l'exil, éditions Imprimerie nationale, 1988, et éditions Flammarion, 2006

    * Genre humain, Christian Pirot éditeur, 1996

    * La Limonade bleue, l’Écarlate, 1997

    * Galerie d'art à Kekeland, galerie de portraits, éditions Flammarion, 2002

    * La Bête Curieuse, roman, éditions Flammarion, 2005

    * Attends-moi sous l'obélisque, textes, éditions Seuil-Archimbaud, 2006

    * Travellings, roman, éditions Flammarion, 2008

    * Rien, éditions Belles Lettres-Archimbaud (à paraître)

    * Contes de chats, en collaboration avec Jean-Jacques Sempé, éditions Belles Lettres-Archimbaud (à paraître)

 

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 16:46

Culturel : La chanson du dimanche

 

Georges Harrison

Un Beatles discret, efficace, talentueux

 

George Harrison est né le 25 février 1943 à Liverpool, et est  mort des suites d'un cancer à 58 ans, le 29 novembre 2001 à Los Angeles. Il fut un guitariste, chanteur, auteur-compositeur britannique. Il fut aussi producteur de cinéma via sa société Handmade Films.

 

Il était le plus jeune des quatre membres du groupe The Beatles.

 

Enfance et adolescence (1943–1958)

Né d'un père chauffeur de bus et d'une mère, femme au foyer, George Harrison passe une enfance tranquille dans sa famille de classe moyenne de Liverpool. Adolescent, il marque très vite son indépendance par sa tenue vestimentaire (il porte des Blue-jeans et un blouson de cuir) et son attitude. Passionné de rock, apprenti guitariste, écoutant en boucle Carl Perkins, pour ensuite être séduit par les déhanchements du King, les mélodie suaves de Buddy Holly et l'âpreté du blues noir américain; il fonde avec son frère Peter : The Rebels sa première formation. Elève au Liverpool Institute, il y retrouve un ami d'enfance Paul McCartney qui lui propose de rejoindre, en compagnie de John Lennon, les Quarrymen. Il a à peine 15 ans.

 

Avec les Beatles (1958–1970)

En février 1958, John Lennon, sur l'insistance de Paul McCartney, l'engage comme guitariste solo. Il devient le plus jeune membres des Quarrymen .

 

En 1960, ils deviennent les Beatles et se produisent, entre autres, dans les boîtes à striptease de Hambourg et à Liverpool avant de se faire connaître d'abord en Europe, puis à partir de 1963 à travers le monde. Inutile d’insister sur le succès planétaire des Beatles.

 

D'abord et avant tout guitariste solo des Beatles, George Harrison compose quelques titres au sein du groupe au début de leur carrière, dont : Don't Bother Me (1963), If I Needed Someone (1965), I Need You (1965), Think for Yourself (1965) et You Like Me Too Much (1965).

 

L'influence de Harrison se fait davantage sentir au sein du groupe à compter de 1965, quand il commence à s'intéresser aux instrumentations orientales qui seront graduellement intégrées dans la musique et l'univers des Beatles. Le sitar fait ainsi son apparition sur la chanson Norwegian Wood de l'album Rubber Soul (1965).

 

Lors du tournage du film A Hard Day's Night, George Harrison rencontre Pattie Boyd, mannequin modèle de dix-neuf ans. Il l'épouse le 21 janvier 1966.

 

L'album Revolver, paru l'été 1966, compte trois compositions de Harrison, dont Taxman. En 1967 paraît l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band sur lequel il signe Within You Without You, tout en intégrant des instruments indiens variés sur des titres comme Lucy In The Sky With Diamonds ou Getting Better

 

Harrison découvre la méditation transcendantale alors qu'il est à Bombay fin 1966 pour prendre des leçons de sitar dans l'école de Ravi Shankar. Avec son épouse Pattie, il est alors passionné de sagesse orientale : il cherche à comprendre le sens de la vie et à atteindre la paix de l'âme. Il s'intéressera à l'Inde et aux philosophies orientales jusqu'à sa mort, enregistrant et produisant des artistes comme Ravi Shankar.

 

Dès son retour en Angleterre, début 1967, il fait rencontrer le Maharishi Mahesh Yogi aux autres Beatles lors d'une conférence et tous se retrouvent à un séminaire organisé à Bangor (Pays de Galles), en compagnie de nombreuses autres célébrités comme Mick Jagger. En 1968, les Beatles se rendent, avec leurs épouses, leurs enfants et d'autres personnalités au pied de l'Himalaya, à Rishikesh, dans l'ashram de Maharishi, pour un séminaire de plusieurs semaines au cours duquel il leur enseignera la méditation transcendantale.

 

Les plus grandes compositions (et les plus connues) de Harrison sont écrites au cours des dernières années d'existence des Beatles, son influence se faisant surtout sentir dans les albums The Beatles en 1968 — dans lequel il signe quatre chansons, dont While My Guitar Gently Weeps — et Abbey Road en 1969 — avec Something et Here Comes the Sun —, où il introduit un tout nouvel instrument, le synthétiseur, dans les morceaux du dernier disque des Beatles.

 

Carrière solo (1970–2001)

Parallèlement à sa carrière au sein du groupe, George Harrison sort des albums en solo dont Wonderwall Music, premier disque sorti sur le label Apple et Electronic Sound un des seuls disques à être apparus sur le label Zapple, destiné à recevoir les projets d'avant-garde.

 

C'est avec son triple album All Things Must Pass sorti en novembre 1970 et produit par Phil Spector qu'il s'imposera commercialement. L'album connut un succès fulgurant, notamment le titre My Sweet Lord qui se vendra par millions et qui reste une des chansons les plus populaires des années 1970. All Things Must Pass était composé de quatre faces de chansons et de deux faces de jam-session et figure sans aucun doute comme un des meilleurs albums publié par un ex-Beatle. Outre My Sweet Lord, What Is Life et Isn't It a Pity tourneront aussi sur les radios en ce début de décennie. Par contre, la chanson My Sweet Lord lui valut un procès pour plagiat, qu'il perdit. En effet, il aurait repris, sans le vouloir, l'air d'une chanson He's So Fine d'un groupe américain, The Chiffons, qui avait connu un certain succès en 1963.

 

En 1971, Harrison organise le Concert for Bangladesh, le premier grand concert de charité regroupant une brochette de rock stars, dont Eric Clapton, Bob Dylan et Ringo Starr. Les profits iront tardivement au Bangladesh après que le fisc américain ait épluché les comptes d'Apple, la société de production des Beatles. L'album suivant Living in the Material World publié en 1973 (avec Nicky Hopkins, Klaus Voormann, Ringo Starr, Jim Keltner...) connut aussi un succès relatif, principalement le titre Give Me Love qui sera classé numéro un des deux côtés de l'Atlantique au printemps 1973.

 

Il lance en 1974 son propre label de disque, Dark Horse. L'album du même nom, sorti cette même année, sera un échec. Il connaîtra un véritable fiasco, à la même époque, lors de sa première tournée en solo — qui sera aussi sa dernière — aux États-Unis. Les problèmes personnels se succèdent, le chanteur se sépare de sa femme qui ira vivre avec son ami de toujours, Eric Clapton. Les deux hommes resteront brouillés jusqu'à la fin des années 1980.

 

Après l'accueil catastrophique réservé à Dark Horse, Harrison sort Extra Texture - Read all about it en 1975 et ne fait rien pour rétablir la situation au niveau de la critique. Il se reprendra en 1976 avec Thirty Three & 1/ un excellent album qui fait référence à la vitesse de rotation d'un disque, mais également de l'âge de George au moment de son enregistrement. On y retrouve un Harrison beaucoup plus enjoué que sur les albums précédents. Avec Olivia Trinidad Arias, sa compagne depuis 1974, il devient papa le 2 août 1978 d'un petit garçon Dhani, trois mois après la mort de son père. Il épouse Olivia le 17 août.

 

En 1980 paraît son livre autobiographique I, Me, Mine, écrit en collaboration avec Derek Taylor. Dans la première partie de l'ouvrage, il trace un libre parcours de la carrière des Beatles et de la sienne et apporte ses réflexions. La seconde partie comporte le texte définitif de quatre vingt-trois de ses chansons, avec les circonstances de leur création.

 

L'artiste renoue avec le succès commercial en 1981 avec le simple All Those Years Ago, hommage à son défunt collègue John Lennon, et il lui fallut attendre la fin des années 1980 pour retrouver les faveurs du grand public, grâce à son album Cloud Nine (paru fin 1987) qui contenait trois tubes : Got My Mind Set On You, When We Was Fab (tous deux soutenus par des clips-vidéo amusants voire inspirés) et This Is Love.

 

Malheureusement, ce retour en grâce ne fut pas confirmé par d'autres albums studio, du moins en son nom propre, puisqu'il s'est alors consacré à son projet collectif, les Traveling Wilburys en compagnie de Roy Orbison, Tom Petty, Jeff Lynne et Bob Dylan. En 1992, il se produira même au Japon en compagnie d'Eric Clapton avec qui il a finalement renoué.

 

Ce n'est que peu après sa mort d'un cancer des voies respiratoires et tumeur au cerveau que parut, en 2001, son dernier album Brainwashed.

 

Sa dernière chanson, Horse to water, avait été coécrite avec son fils et enregistrée au début du mois d'octobre. Elle était destinée au chanteur et pianiste britannique Jools Holland. George Harrison, connu pour son humour pince-sans-rire et décalé, venait d'attribuer cette ultime composition à une mystérieuse maison d'édition dénommée RIP, sigle de Rest In Peace (Repose en paix).

 

La création du spectacle musical Love fût à la base une idée de Harrison qu'il avait commencé à élaborer avant sa mort.

 

Une de ses passions était le ukulélé, dont il était un collectionneur notoire et un joueur émérite. Il s'intéressait en particulier à la variante la plus répandue au Royaume-Uni de cet instrument : le banjo-ukulélé. George Harrison restera comme un des membres des mythiques Beatles, un grand guitariste, mais aussi comme un grand compositeur. Frank Sinatra tenait sa chanson la plus célèbre, Something, pour la plus belle chanson du siècle dernier.

 

Fin de vie

 

En août 1997, George Harrsion apprit qu’il était atteint d’un cancer de la gorge. Il fut rapidement soigné et déclara en 1998 après une opération à Londres, qu’il était pleinement guéri.

 

A la fin de l’année 1999, il fut poignardé à son domicile par un déséquilibré, Michael Abram, qui avait réussi à s’introduire dans sa propriété de Friar Pak à Henley-on-Thames. Dans la soirée du 30 décembre 1999, George Harrison fut frappé de plusieurs coups de couteau, notamment à la poitrine, avant qu’il ne parvienne avec sa femme Olivia, à maitriser son agresseur et à le livrer à la police. Le musicien, sévèrement blessé, limita au maximum ses apparitions en public par la suite.

 

En 2001, le cancer de George Harrison prit de l’ampleur, des métastases s'étant développées en plusieurs endroits. Malgré un traitement très agressif, une opération en mai aux Etats-Unis, une autre en juillet en Suisse, il apparut que la maladie était dans sa phase terminale. Il passa les derniers mois de sa vie aux côtés de sa famille et de ses amis, et travailla également à la réalisation de son dernier album, Brainwashed, qui fut publié après son décès.

 

George Harrison s'est éteint à 13h30 le jeudi 29 novembre 2001, dans la maison de son ami Gavin De Becker à Los Angeles[3]. Le jour de sa mort, la famille Harrison publia le communiqué suivant : "He left this world as he lived in it: conscious of God, fearless of death and at peace, surrounded by family and friends. He often said, 'Everything else can wait but the search for God cannot wait, and love one another'." (Il a quitté ce monde comme il y avait vécu : conscient de Dieu, sans peur de la mort et en paix, entouré de sa famille et de ses amis. Il disait souvent : "tout le reste peut attendre, mais pas la recherche de Dieu et l'amour du prochain").

 

Discographie

Albums

    * Wonderwall Music (1968)

    * Electronic Sound (1969)

    * All Things Must Pass (1970)

    * Concert for Bangladesh (1971)

    * Living in the Material World (1973)

    * Dark Horse (1974)

    * Extra Texture - Read all about it (1975)

    * Thirty Three & 1/ (1976)

    * George Harrison (1979)

    * Somewhere in England (1981)

    * Gone Troppo (1982)

    * Cloud Nine (1987)

    * Traveling Wilburys, Vol. 1 (1988)

    * Traveling Wilburys, Vol. 3 (1990)

    * Live in Japan (George Harrison) (1992)

    * Brainwashed (2002)

 

Compilations           

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur George Harrison.

 

    * The Best of George Harrison (1976)

    * Best of Dark Horse 1976-1989 (1989)

    * Dark Horse Years 1976-1992 (2004)

 

Participations

 

    * 1968 : "Sour Milk Sea" composée par Harrison et interprétée par Jackie Lomax

    * 1969 : Badge avec Eric Clapton et le groupe Cream il prend pour l'occasion le pseudonyme d'Angelo Mysterioso

    * 1971 : Imagine de John Lennon

    * 1987 : Duane Eddy & the Rebels (Capitol Records) avec Paul McCartney, Ry Cooder, Jeff Lynne, Jim Keltner, Steve Cropper

    * 1990 : a écrit la chansonThat kind of woman pour Gary Moore, figurant dans l'album Still got the Blues, dans laquelle il joue de la guitare et chante en « backing vocals ».

 

Cinéma

 

A travers sa société de production Handmade Films, George Harrison fut le producteur de certains films des Monty Python (dont les membres étaient de ses amis personnel), en particulier La Vie de Brian.

 

Malheureusement pour lui, il a également financé le film Shanghai Surprise, avec Madonna et Sean Penn, qui fut un fiasco économique et artistique.

 

 

Source wikipédia

Partager cet article
Repost0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 00:28

Culturel : La chanson du dimanche

 

Une chanteuse de caractère : Diane Dufresne

 

 

 

Diane Dufresne est née le 30 septembre 1944 à Montréal. Elle est une artiste pluridisciplinaire : chanteuse, comédienne et peintre. Elle est connue et reconnue pour ses costumes excentriques. Elle est une des meilleures chanteuses québécoises, avec un vrai charisme sur scène.

 

Diane Dufresne doit abandonner l'école à 15 ans suite au décès de sa mère. Juste avant de s'envoler pour la France, Diane Dufresne a interprété sur une scène à Montréal des textes d'Aragon, Ferré, Brel. À 18 ans, elle est à Paris pour étudier le chant chez Jean Lumière et l'art dramatique chez Françoise Rosay et en 1966-1968, elle est engagée dans des cabarets de la Rive-gauche où elle chante Vigneault, Ferland, Léveillée. Elle chante également dans des revues, des musiques de films et pour la radio, elle fait même des "jingles".

 

Sa carrière démarre vraiment à l'automne 1972, avec la sortie de son premier 33 tours Tiens-toé ben, j'arrive!. En 1973, à la Place des Arts de Montréal, c'est la consécration et les autres pays francophones ne tarderont pas à être séduits.

 

Le parolier Luc Plamondon écrit les paroles de ses premières chansons marquantes, lesquelles sont mises en musique par le compositeur François Cousineau, (qui a été le compagnon de Diane Dufresne dans les années 1970), chansons où se concentre l'intensité, l'humour, l'autodérision, une certaine dose de provocation, un romantisme rock'n'roll jovial et réjouissant non dépourvu de violence qu'elle interprète de sa voix soprano très identifiable.

 

Puis c'est le triomphe à l'Élysée-Montmartre en 1977 et l'Olympia l'année suivante. À Québec, elle donne des spectacles à thème comme "la nuit à Fellini", "la nuit en rose" où les gens viennent déguisés en fonction du thème. Si en France, Diane est une chanteuse, au Québec, elle est devenue une légende vivante. En 1978-1979, elle participe à la comédie musicale Starmania.

 

Dès les années 1970, parallèlement à sa carrière de chanteuse, elle se consacre à la peinture et fréquente l'atelier du Frère Jérôme, une rencontre qui se révèlera déterminante dans son parcours d'artiste et qui lui permettra d'explorer d'autres facettes de la création.

 

Dans les années 1984-1985, la collaboration avec son parolier Luc Plamondon se termine car elle veut se tourner vers des poètes français comme Michel Jonasz, Serge Gainsbourg, Jacques Higelin. Diane Dufresne commence alors à ménager ses forces et elle ne donnera des concerts que tous les deux à trois ans. Pour elle, les mégaconcerts se terminent et, dans les années 1990-98, elle se tourne vers d'autres valeurs avec des chansons plus calmes, moins rock. En 1998, elle remonte sur scène pour son spectacle Réservé mise en scène par son mari, Richard Langevin. Le spectacle, mi-théâtre, mi-tour de chant, est beaucoup plus « sage », on est loin de sa période rock. Rock auquel elle reviendra, avec sa tournée mondiale

 

Au cours des années qui suivront, elle se fera plus discrète auprès des médias, mais sera toujours présente sur scène, notamment en 2005, alors qu'elle offre un spectacle et un album consacré au compositeur allemand Kurt Weill, avec l’Orchestre métropolitain du grand Montréal dirigé par Yannick Nézet-Séguin.

 

En 2006, elle créé le spectacle Plurielle, se produisant dans des salles plus intimistes, où ses fans se donnent rendez-vous avec un égal bonheur.

L'été 2008, elle monte un spectacle aux Francofolies de Montréal, intitulé Terre planète bleue. Diane Dufresne y assure la mise en scène du spectacle aux côtés de Guy Caron, et offre un hymne à la planète mêlant plusieurs disciplines artistiques et des cultures variées. En novembre 2008, elle se produit sur la scène du Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris avec une douzaine de dates.

 

Discographie

 

    * 1969 : L'Initiation

    * 1972 : Tiens-toé ben, j'arrive

    * 1973 : À part de d'ça, j'me sens ben - Opéra-cirque

    * 1974 : 12 succès pop

    * 1975 : Sur la même longueur d'ondes

    * 1975 : Les grands succès Barclay

    * 1976 : Mon premier show

    * 1977 : Maman, si tu m'voyais... tu s'rais fière de ta fille !

    * 1978 : Olympia '78, volume 1 et 2

    * 1978 : Starmania

    * 1979 : Striptease

    * 1979 : Starmania, le spectacle

    * 1982 : Turbulences

    * 1984 : Dioxine de carbone et son rayon rose

    * 1984 : Magie rose

    * 1985 : Chanteurs sans frontières

    * 1986 : Follement vôtre

    * 1987 : Top secret

    * 1988 : Master série Vol. 1

    * 1989 : Master série Vol. 2

    * 1991 : Diane (Coffret de deux disques)

    * 1991 : Sans dessous dessus

    * 1993 : Maman si tu m'voyais (Coffret de deux disques)

    * 1993 : Détournement majeur

    * 1997 : Comme un parfum de confession

    * 1998 : Diane Dufresne

    * 2000 : Merci (Coffret de trois disques)

    * 2002 : Les Grands Succès

    * 2005 : Diane Dufresne chante Kurt Weil - Symphonie no. 2

    * 2006 : Folie douce (Coffret de trois disques)

    * 2007 : Effusions

 

Spectacles

 

    * 1969: Revue musicale "Les girls" de Clémence Desrochers

    * 1972-1973: "Tiens-toé ben, j'arrive"

    * 1974: "Opéra-Cirque"

    * 1975: "Mon premier show"

    * 1977: "Sans entr'acte"

    * 1978: "Comme un film de Fellini"

    * 1979: "Starmania"

    * 1980: "J'me mets sur mon 36"

    * 1981: "Spectacle de la St-Jean" à Montréal et Québec

    * 1982: "Turbulences"

    * 1982: "Hollywood/Halloween" (aussi appelé "Dame de Cœur/Dame de Pique")

    * 1984: "Magie Rose"

    * 1984: "Dioxine de carbone"

    * 1986: "Top secret"

    * 1988: "Symphonique n'Roll"

    * 1993: "Détournement majeur"

    * 1997: "Réservé"

    * 2001: "Couleurs symphoniques"

    * 2001: "Kamikaze"

    * 2001: "Bal des vampires"

    * 2002: "En liberté conditionnelle"

    * 2004: "Diane Dufresne chante Kurt Weill"

    * 2006: "Plurielle"

    * 2008: "Terre Planète Bleue"

    * 2008: "Effusions" (tournée européenne)

 

Diane Dufresne a présenté ses spectacles au Québec, en France et au Japon. En tant qu'artiste solo, elle fut la première québécoise à chanter au Stade Olympique de Montréal devant 55 000 personnes de même qu'à l'ancien Forum pour les concerts "J'me mets sur mon 36" et "Hollywood/Halloween".

Partager cet article
Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 17:34

La chanson du dimanche

La Tendresse


Nouvelle rubrique pour se faire des dimanches doux : la chanson du dimanche...

Pour cette première édition, il s'agit d'un chanson interprétée pour la première fois par Bourvil. Par la suite, Marie Laforêt l'a reprise. Régalez-vous bien, les paroles sont pleines de charmes et de sensibilités.

Bonne fin de dimanche

Partager cet article
Repost0